Le bois est un matériau noble et solide. Toutefois, l’utilisation du bois de menuiserie nécessite des connaissances approfondies. Généralement, vous devez choisir l’essence adaptée à votre ouvrage. Ces deux notions sont les mots clés d’une belle réalisation en menuiserie. Quelques informations utiles pour les profanes.

Les essences

Lorsqu’on parle de bois de menuiserie, on attend à voir des meubles, des fenêtres, des portes, des lambris et bien d’autres encore. Les menuisiers quant à eux raisonnent de façon plus technique avant de mettre en œuvre leur création.

Ils se demandent quelle essence de bois est l’idéal pour telle demande. Pour cela, ils prennent en compte l’environnement, en extérieur ou en intérieur. Ils écoutent aussi les exigences de leurs clients en matière de finition et de qualité. C’est à partir de ce diagnostic qu’ils arrivent à choisir la bonne essence de bois de menuiserie.

À chaque type de bois leur spécificité. On distingue le chêne, le pin, le peuplier, le châtaignier … La liste est longue et les professionnels sont ceux qui peuvent définir l’essence dont ils ont besoin. Oui, il faut maitriser le bois et connaitre les détails importants, les avantages ainsi que les points négatifs pour chaque type.

L’essence du bois de menuiserie est choisie d’après leurs caractéristiques : isolant, anti-corrosion, résistant, léger, souple, durable. Toutefois, on ne choisit pas n’importe quel matériau, il faut qu’il réponde à toutes les attentes notamment celles de l’ouvrage.

Le bois est à la fois naturel et biodégradable. Il offre un confort incomparaable notamment au niveau physiologique. En effet, il permet aux habitants de réduire le risque d’électrocution et absorbe les vapeurs d’eau produites par ces derniers. De plus, c’est un élément décoratif intemporel. Son charme résiste à toutes les modes qui passent. Il en est même la star, on construit des matériaux industriels qui imitent le bois.

Les classes d’emploi

On dénombre cinq classes principales en matière de bois de menuiserie. Elles correspondent à la faculté de chaque essence à résister à l’eau. L’humidité n’est pas acceptée dans certains ouvrages. C’est pour cela qu’il y a un long procédé pour faire sécher le bois surtout pour les travaux en intérieur.

La classe 1 regroupe les bois d’intérieur tels que le parquet et les meubles. Ils doivent être protégés de l’humidité. La classe 2 correspond aux bois qui supportent une humidité ambiante. Les sous-abris comme la charpente ou le bardage. La classe 3 est celle qui représente les bois de menuiserie qui supportent l’humidité et où l’eau s’évapore rapidement. Les ouvrages sont donc exposés aux intempéries.

La classe 4 est celle qui supporte le contact permanent avec l’eau, les poteaux et les piquets par exemple. Et enfin, la classe 5 qui permet des situations où le bois est immergé dans de l’eau, on trouve les passerelles et les pieux.

Chaque essence de bois en menuiserie est donc classifiée par rapport à sa perméabilité. Les artisans connaissent les différents types de bois et choisissent le meilleur pour réaliser son œuvre.

Idéal pour sa capacité à retenir la chaleur. Il est très utilisé dans les hautes montagnes pour cette qualité. C’est devenu le charme de ses maisons juchées en hauteur.

Articles connexes